lundi 14 avril 2014

Une sortie au musée #1

J'inaugure aujourd'hui un rendez-vous que je désirais mettre en place depuis longtemps sur le blog. Au fil de mes recherches sur internet et surtout dans les collections en ligne des musées, je découvre régulièrement des pièces étonnantes. C'est pourquoi je souhaitais faire part de ces petits trésors insolites dans de courts billets postés régulièrement ici.


De quoi s'agit-il ? 
Il s'agit d'un bonnet de veuve, aussi appelé coiffe de veuve. Comme on peut le voir sur la boîte carrée aux bords arrondis et à l'intérieur violet, il est écrit "Widow's cap" en lettres majuscules. Cette boîte contient trois bonnets de crêpe de soie.

Qu'est-ce que ça raconte ?
Ces bonnets nous montrent un détail de la vie des femmes veuves à l'époque victorienne. En ces temps-là, une veuve devait porter le deuil durant deux ans et demi. Cela signifiait porter une étoffe blanche de forme ondulée, autrement dit un crêpe blanc, pour la maison. Ce crêpe blanc pouvait tomber d'une coiffe et donc prendre l'aspect d'un voile. Durant l'ère victorienne, c'est bien sûr la Reine Victoria elle-même qui fut la plus célèbre des veuves. Après la mort de son mari Albert en 1861, elle adopta une tenue de deuil pour le reste de sa vie. Les photographies de la Reine ont souvent été prises en intérieur, ce qui explique qu'elle porte cette coiffe blanche. Le crêpe noir synonyme de deuil lui aussi était plutôt réservé à l'extérieur.
La coiffe de veuve fut portée très longtemps par la Reine Victoria (ici au centre), elle s'inspirait de la coiffe de la Reine Mary Stuart - source 1 ; source 2
C'est de qui ?
L'étiquette sur le côté de la boîte suggère que ce coffret était utilisé pour être exposé dans un magasin, en vitrine sans doute. Sur le couvercle de la boîte, une étiquette indique "T. Pakeman and Son - family drapers, costumiers, milliners, funeral funishers etc - Whiteladies Gate, Clifton, Bristol", il s'agit du commerçant à l'origine de la vente de ces coiffes. La boîte était donc aussi utilisée pour l'envoi par correspondance de ces bonnets.

De quand ça date ? 
On date ces coiffes de la décennie des années 1870, soit ce que l'on a l'habitude d'appeler l'ère victorienne de l'autre côté de la Manche.

D'où ça vient ?
Comme dit précédemment, ce coffret vient de Grande-Bretagne, de Bristol. On peut actuellement voir ces pièces au Musée du Costume de Bath.


Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires :

  1. excellent blog, vos articles sont très bien documentés ! Et j'ai appris qq chose avec ce chapeau de veuve :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos commentaires, les sites des musées regorgent de petites trouvailles...

      Supprimer