lundi 31 mars 2014

Une histoire politique du pantalon [Christine Bard] 2010

Une fois n'est pas coutume, je présente un livre, lu il y a maintenant une poignée de mois mais qui m'a durablement marqué. Plus que du pantalon, il s'agit d'un symbole, le symbole du masculin. Le livre de Christine Bard aborde le thème du genre lié au vêtement, mais surtout sous un regard très politique. On y parle de droits, de révolutions, de république et tout cela nous amène de nos jours à soulever des questions auxquelles on ne penserait pas forcément. C'est vrai après tout, pourquoi les collégiennes ne portent-elles plus que des pantalons aujourd'hui ? Comment le pantalon est-il devenu un vêtement mixte et comment a-t-il acquis une telle emprise sur la garde-robe féminine au point qu'on organise désormais une "journée de la jupe"?
Le livre est édité au Seuil
La plume de l'auteur est très fluide et la lecture très agréable. Au centre du livre, on trouve un ensemble documentaire avec des images en couleurs, c'est toujours un atout dans un livre traitant de la mode d'avoir des illustrations. 
L'approche choisie par Christine Bard, professeure d'histoire à l'université d'Angers, est à la fois chronologique et thématique. L'introduction nous parle de la période précédent la Révolution Française, tout en résumant les thématiques liées à la question. Vous y découvrirez comment le pantalon s'est imposé dans la garde-robe masculine.Comment il est devenu symbole de virilité et comment son port par les femmes pouvait être considéré comme une confusion des sexes.
Le chapitre suivant aborde la période révolutionnaire à la fin du XVIIIème siècle. Le pantalon s'affirme alors en tant que vêtement contestataire et c'est là que le titre de l'ouvrage prend tout son sens. En effet, pantalon et politique sont intimement liés ! Et puis arrive la fameuse ordonnance de 1800 qui interdit aux femmes de porter le pantalon. Christine Bard explique la genèse de cette loi et comment on a pu l'oublier au point de s'apercevoir qu'elle existait encore il y a moins de 10 ans ! L'historienne revient aussi sur les tentatives courageuses de femmes décidées à lancer la mode du pantalon féminin, c'est le cas d'Amélia Bloomer au XIXème siècle.
Dessin représentant une femme qui porte le bloomer, pantalon ayant hérité du nom de celle qui tenta en vain de le populariser - source
L'auteur s'intéresse aussi aux célébrités adeptes du pantalon : George Sand, Rosa Bonheur, Madeleine Pelletier. Au gré des pages, on comprend mieux l'adage qui demande "qui porte la culotte ?" au sein d'un couple. 
Une mémorable dispute de la culotte au sein d'un couple. L'ambition de la femme serait-elle de porter la culotte ? - source
Christine Bard développe les histoires de ces femmes qui se travestissent, les femmes à barbe qui profitent de leur situation ambiguë pour obtenir des autorisations de porter le pantalon, ces sportives qui popularisent ce vêtement car il est bien plus pratique pour le cyclisme notamment. Enfin, un chapitre illustre à lui seul "la consécration du pantalon au féminin". Les dernières pages apporteront matière à réflexion sur la jupe. Après avoir été durant longtemps l'objet d'un combat féministe, elle devient maintenant une arme et un moyen de résistance face à la peur bien réelle dans certains contextes de lâcher le pantalon pour vêtir une jupe.

Vous l'aurez compris, j'ai été conquise par ce livre, je vous le conseille bien volontiers car il ne se restreint pas à l'univers de l'histoire du costume, il touche à pleins de thèmes amenant à réfléchir.
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires :

  1. Et il faut savoir que cette loi qui nous interdit de porter des pantalons est toujours dans le code civil xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse du Ministère des droits des femmes
      publiée dans le JO Sénat du 31/01/2013 - page 339

      La loi du 7 novembre 1800 évoquée dans la question est l'ordonnance du préfet de police Dubois n° 22 du 16 brumaire an IX (7 novembre 1800), intitulée « Ordonnance concernant le travestissement des femmes ». Pour mémoire, cette ordonnance visait avant tout à limiter l'accès des femmes à certaines fonctions ou métiers en les empêchant de se parer à l'image des hommes. Cette ordonnance est incompatible avec les principes d'égalité entre les femmes et les hommes qui sont inscrits dans la Constitution et les engagements européens de la France, notamment le Préambule de la Constitution de 1946, l'article 1er de la Constitution et la Convention européenne des droits de l'homme. De cette incompatibilité découle l'abrogation implicite de l'ordonnance du 7 novembre qui est donc dépourvue de tout effet juridique et ne constitue qu'une pièce d'archives conservée comme telle par la Préfecture de police de Paris.

      Supprimer
  2. D'ici quelques années la jupe aura totalement disparue en France, dans la mentalité des garçons d'aujourd'hui femme en jupe=pute, fille facile, allumeuse ,etc....
    Quand à la jupe masculine n'en parlons pas:"pédé, tarlouze, tante, trav', etc...), meme s'il s'agit de kilts par exemple.
    La jupe est devenu un vètement honni, symbole de toues les lubricités et parversions ici en France. Voilà pourquoi on ne voit plus que des pantalons tous pareils d'ailleurs: coupe slim, mode néo-punk imposée à tous oblige!


    RépondreSupprimer