mercredi 16 mai 2012

Loïe Fuller - la danse serpentine

Je souhaitais partager aujourd'hui ma fascination pour une danseuse de la fin du XIXème siècle et du début XXème siècle. Sa performance la plus connue est la Danse Serpentine. Étudier ce spectacle revient à croiser des informations sur la danse, la naissance du cinéma et l'histoire du costume, c'est cela qui est passionnant. J'espère que cette découverte saura vous charmer !
Affiche du spectacle de Loïe Fuller aux Folies-Bergères de la fin du XIXème siècle - source : Wikipédia
Qui est Loïe Fuller ?
Portrait de Loïe Fuller par Taber en 1897 - source : RMN
Mary Louise Fuller est née dans un village de l'Illinois en 1862. C'est à l'âge de 4 ans qu'elle débute dans le théâtre amateur avant d'intégrer une troupe à New York à 16 ans. En 1889, elle arrive en Europe, émigre à Londres puis vient à Paris. Elle découvre alors la vie mondaine et culturelle de la capitale française. Inspirée par son voyage parisien, elle créé sa première chorégraphie, la danse serpentine, et la présente en 1892 à New York. 
Loïe Fuller par Toulouse-Lautrec en 1892, les danses de Loïe inspirent nombre d'artistes - source : Wikipédia
Forte de ce succès, Loïe Fuller se produira pendant 10 ans au cabaret des Folies-Bergères, haut-lieu de la vie parisienne à la Belle-Epoque. Cette femme fut une fervente féministe qui assuma fièrement son homosexualité.

La "fameuse" Danse Serpentine.

N'est-ce pas féérique que de voir cette femme danser et presque se transformer sous nos yeux en orchidée, papillon ou peut-être en serpent comme son nom l'indique ?! C'est en 1896 que fut réalisé ce film mais ce n'est pas véritablement Loïe Fuller qui l'interprète car sa danse fut copiée de nombreuses fois. Aucun film ne nous est parvenu de ses performances mais certaines photographies témoignent de la vivacité de son interprétation.
Loïe Fuller dansant avec son voile, photographie de Taber - source : L'Histoire par l'image
Pourquoi la nommait-on la "Fée électricité" ?
Toute la particularité de cette danseuse autodidacte est son intérêt pour la science et notamment les progrès scientifiques de son époque. La conception même de son spectacle, la Danse Serpentine, en est une illustration. En effet, Loïe Fuller est la première à avoir recours à l'électricité pour réaliser ces fascinants effets de lumière. Elle obtient ce résultat en projetant sur ses voiles déployés des faisceaux de lumière colorée. Pour cela, elle utilise des projecteurs mobiles. Elle pensera aussi à projeter des décors en diapositives qu'elles peignera elle-même. Autre élément étonnant de modernité, elle se lie d'amitié avec les frères Lumières, fascinés par son talent, ils produiront ensuite le petit film vu plus haut. En 1920, elle réalisera même un film avec Georgette Sorrere intitulé Le Lys de la vie, ce qui montre son intérêt pour le cinéma. Quelques anecdotes, comme sa passion pour l'astronomie (elle fit partie de la société d'astronomie avec son ami Camille Flammarion) ou encore sa sympathie pour les époux Curie qui l'amènera à créer la Danse du radium, prouvent que cette femme avait un goût prononcé pour la découverte.
Les frères Lumières, Camille Flamarion et Pierre et Marie Curie - source 1 ; source 2 ; source 3
Comment a-t-elle incarnée le symbolisme et l'Art Nouveau ?
Le symbolisme est un courant artistique visant à travers la poésie ou la littérature par exemple à rendre concrètes des idées abstraites. On rapproche souvent Loïe Fuller de ce courant, débutant vers 1870, pour ses performances comme la Danse du lys par exemple.
Photographie de Loïe Fuller interprétant la Danse du Lys. Si elle choisit cette fleur c'est très certainement pour sa symbolique forte. En effet, le lys est associé dans la symbolique religieuse à la vierge Marie ou encore à l'archange Gabriel lors de l'Annonciation. Pour se transformer ainsi en fleur, Loïe éleva les voiles de son costume jusqu'à 3,50mètres de hauteur - source : L'Histoire par l'image
Comme nombre de symbolistes, l'artiste s'intéresse aussi aux civilisations anciennes comme celle de l’Égypte Antique.
Sur la première photographie, on peut voir Loïe Fuller danser devant le sphinx en portant un long voile - source : RMN ; Sur la deuxième, la danseuse apparaît au centre avec ses élèves (elle était partie en voyage avec elles en 1914), toutes ensemble reproduisent la forme triangulaire de la tête du sphinx ou des pyramides avec leurs bras - source : L'Histoire par l'image
Loïe fuller devient aussi la muse de l'Art Nouveau, mouvement artistique de la fin du XIXème et début XXème siècle, qui met en valeur les lignes courbes. Elle influence ainsi les arts décoratifs, le sculpteur Agathon la représente dans une production très riche de statuettes où l'on retrouve les codes esthétiques de ce courant.
A gauche, danseuse au jeu de l'écharpe de Léonard Agathon réalisée en porcelaine de Sèvres en 1900 - source : RMN ; A droite, affiche d'Alphonse Mucha, peintre caractéristique de l'Art Nouveau, du début XXème siècle - source
Le costume, une donnée essentielle. 
Dans la Danse Serpentine, Loïe Fuller utilise des voiles de soie. Ces voiles sont suspendus au bout de longues baguettes de bois, qu'elle agite pour coordonner le tout. On imagine quel effort physique ce devait être. Cette soie blanche prend donc ensuite une teinte colorée grâce aux projections de couleur. Mais Loïe ne se contente pas de ce seul tissu, elle expérimente différentes matières, toujours curieuse de découvrir. Une anecdote dit qu'elle aurait demandé aux époux Curie de lui confectionner un vêtement phosphorescent à l'aide du radium, ce qui, bien sûr, ne put se faire. Cette fluidité du costume est étonnante, même si celui-ci cache le corps par son ampleur : faut-il rappeler que la plupart des femmes sont encore, à cette époque, engoncées dans des corsets ? Bien avant sa compatriote, Isadora Duncan, Loïe est la première à danser sans corset.
Loïe Fuller danse ! Cette photographie, réalisée par Ellis, montre clairement le système de baguettes permettant d'agiter les voiles comme s'ils étaient des ailes de papillon - source : RMN
L'aboutissement de sa carrière.
Loïe Fuller ouvre une école de danse vers 1900, elle y accueille notamment des jeunes filles issues de milieux défavorisés.  Elle y enseigne sa vision de la danse, à l'opposé du ballet académique. La danseuse aimait travailler avec des interprètes sans formation et cherchait à mettre en valeur les traits de chacune d'elles, plutôt que de les fondre dans un même moule. Cette vision est, en soi, particulièrement avant-gardiste. Elle a aussi contribué à révéler des talents comme Isadora Duncan, célèbre danseuse, qui sera d'ailleurs engagée dans sa troupe de danse. C'est en 1928 que Loïe Fuller meurt d'une pneumonie.
Les élèves de Loïe Fuller dans un parc, prises en photo en 1914 - source : RMN
Longtemps ignorée, car vue comme trop proche de la danse populaire, cette danseuse mérite d'être reconnue, ne serait-ce que pour son engagement féministe mais surtout pour la modernité qu'elle a apporté à la danse et à la scénographie.
Bien cachée pendant des années, il est temps de se souvenir de cette danseuse et de son engagement pour la modernité - source : RMN
"Cette nouvelle création, à défaut d'un mot plus adapté, fut appelée une danse. Mais ce n'en était pas une. C'était une vision, une vision vibrante venant des profondeurs de l'obscurité." LF
Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire :

  1. https://www.youtube.com/watch?v=a-EJxn3cfXc

    Merci pour votre article. Je me permet de vous donner un lien où Chomon filme Loïe Fuller en 1902.

    RépondreSupprimer