mardi 1 mai 2012

La garde-robe des poupées à travers le temps (1/2)

La poupée est un jouet qui a touché nombre de générations et qui concerne de très près l'univers de la mode. Une histoire du costume se doit d'évoquer la poupée comme l'histoire de la poupée traitera aussi du costume et son évolution. Moyen de diffusion des tenues en vogue, elle est aujourd'hui une source précieuse pour les historiens. Attention, cet article n'est pas dénué de nostalgie et de tendresse.
Portrait d'une petite fille par Ernest Hébert, 1879 - source : La Joconde
Un point sur l'histoire de la poupée.
Le mot "poupée" vient du latin "pupa" signifiant "petite fille".
Elle apparaît dès l'époque du paléolithique dans divers matériaux tels que l'ivoire, l'os, la pierre ou le jade. Dans les tombes égyptiennes, romaines et grecques, on a aussi découvert des figurines aux membres articulés que l'on peut apparenter à des poupées. Les matériaux les plus utilisés pour les fabriquer sont alors la terre cuite et la cire, quelques fois, peintes. Durant l'Antiquité, on lui a parfois attribué une signification magique mais elle est aussi devenue un jouet à part entière. 
Ancienne poupée grecque datant environ du Vème siècle avant J-C, réalisée en terre cuite - source
Poupée en ivoire, conservée au Musée du Capitole à Rome, elle date du IIe siècle après J-C et appartenait à une petite fille semble-t-il - source
Au Moyen-Age, la poupée ne disparaît pas mais, réalisée dans des matériaux fragiles (argile, chiffon ou bois pour la tête), il en reste peu de traces.

C'est à partir du XVème siècle que l'on voit ressurgir des poupées telles qu'on l'entend au sens moderne. A Paris, ce sont les "bimbelotiers" qui fabriquent les jouets et surtout les poupées. Ils entrent bientôt en concurrence avec les "poupetiers", mais ce sont les "bimbelotiers" qui sont mentionnés dans l'Encyclopédie de Diderot, en 1785. Ils vendent leur production dans les foires. 
La fabrique de poupées, tableau d'Angelo de Courten, fin XIXème siècle - source
Au XVIIème siècle, la France utilise plutôt le bois ou du papier mâché pour les têtes des poupées alors que l'Angleterre se spécialise dans l'emploi de la cire à cet usage. La poupée connaît une forte expansion au cours du XVIIIème siècle. Les innovations dans sa fabrication s'accélèrent.
Détail du tableau, Le Philosophe, de Louis Léopold Boilly, peint vers 1780 et conservé au musée de l'hôtel Sandelin à Saint-Omer. Dans les peintures ayant pour sujet la vie quotidienne, on remarque l'apparition des poupées, au XVIIIème siècle. Ces poupées sont des adultes reproduits en miniature et elles portent des vêtements adultes. Mais comme le montre cette peinture, la mode enfantine est très souvent une copie conforme de la mode des plus grands. A l'image d'une société où l'adulte prédomine. Mais dès ce siècle des Lumières, un intérêt pour l'enfant se développe. Intérêt qui se fera ressentir dans l'apparition d'une mode spécifiquement enfantine.- source : La Joconde
Durant la première moitié du XIXème siècle, les têtes des belles poupées sont en porcelaine de Chine, vers 1850, on utilise une variante de la porcelaine : le biscuit. 

Poupée française, environ 1915/1925, tête en biscuit, corps articulé - source
Quant aux corps, ils sont souvent composés de tissus cousus et bourrés de son. Le celluloïd, découvert en 1869, et moins cher que le biscuit, connaît un phénoménal succès dès les années 1920. Mais après 1945, c'est au tour du plastique (le vinyl) de prendre le relais. 
Roses et Lys, tableau de Mary Louise Mac Monnies, vers 1880 - source : La Joconde
Le corps de la poupée a lui aussi évolué ces derniers siècles. On voit que dès l'Antiquité il existe des jouets articulés. Cette articulation des membres se perfectionnent au XIXème siècle, par exemple en 1858, Mlle Rohmer donne une tête pivotante à ses poupées. La fabrication des yeux change, grâce à un contre-poids, la poupée peut aussi baisser les paupières. Et puis au cours du siècle suivant, elle aura d'autres fonctions : capable de parler, uriner, boire, accoucher...
Poupée japonaise de l'ère Edo (XIXème siècle) certainement destinée à des étudiants en médecine afin d'apprendre l'anatomie et le déroulement d'un accouchement - source
Une étonnante poupée datant du XIXème siècle, elle possède huit jambes et est réalisée en bois. Une fois vêtue de sa robe, on ne pouvait pas apercevoir les jambes et la poupée donnait alors l'impression de marcher - source
La poupée imite surtout l'anatomie des adultes, c'est vers la moitié du XIXème siècle que commencent à apparaître les poupons (notamment grâce à l'entreprise Jumeau). Les poupées à l'effigie des hommes sont plus tardives, elles apparaissent au XXème siècle essentiellement. Elles sont tout de même très minoritaires dans l'histoire de la poupée. On peut constater que dès l'Antiquité, les poupées prennent plus spécifiquement une silhouette féminine. Néanmoins, Louis XIII aurait reçu une poupée figurant un gentilhomme très bien habillé, au XVIIème siècle.
Poupée Jumeau du début du XXème siècle - source
A la fin du Second Empire, en 1870, la fabrication des poupées atteint un rythme industriel. La poupée tient aussi une place lors des expositions universelles, l'entreprise Jumeau reçoit par exemple de nombreuses médailles.
Usine Jumeau à Montreuil, ouverte en 1871 - source
Deux petites filles et une poupée, tableau d'Adèle Dugied, 1846, conservé au musée national Magnin - source : La Joconde
Les poupées de mode.
Les poupées de mode ou poupées mannequins apparaissent surement dès le XVIème siècle. Elles sont plutôt destinées aux adultes qu'aux enfants. C'est en envoyant ces poupées à travers les cours d'Europe et parmi les familles les plus riches que l'on fait connaître la mode du moment. Ces poupées étaient souvent réalisées en bois à cette époque et de taille humaine. Cadeaux royaux, on sait que Philippe IV a envoyé à sa fille Isabelle, la future reine d'Angleterre, une poupée avec son trousseau complet, tout comme Henri IV à sa future femme Marie de Médicis, afin que celle-ci se familiarise avec les modes françaises. Deux siècles plus tard, ces poupées sont de plus en plus couramment utilisées.
Les poupées mannequins au XVIIIème siècle étaient surnommées "Pandores". Elles avaient pour mission de diffuser la mode parisienne dans les cours européennes. Rien n'était laissé au hasard dans leur confection, les vêtements devaient être soignés dans leurs moindres détails, les dessus comme les dessous ainsi que la coiffure, le maquillage et le parfum.  La tête et les membres sont en papier mâché et le corps en bois - source
Concurrencées assez vite par des catalogues ou des gravures lors de la Révolution industrielle, ces poupées ne disparaissent pas pour autant. Dans les années 1920, il y a un renouveau des poupées de mode. En 1924, à l'exposition Dames d'aujourd'hui présentée à l'Hôtel Jean Charpentier, 25 figurines sont présentées, elles reconstituent l'évolution de la silhouette féminine depuis 1900 et sont signées Lafitte-Désirat. La production de ces poupées avait commencé dès 1908, elle se poursuivra jusqu'en 1938, représentant au final, trente ans de mode.
Poupée de mode Lafitte-Désirat des années 1920 à l'image de la mode des années folles, vous aurez reconnu la garçonne. Elle est réalisée en cire - source : MET
Autre modèle de poupée de mode, aussi de Lafitte-Désirat, le Metropolitan Museum Of Art de New York en possède une impressionnante collection de toute beauté, très marquée par les années 1920 - source : MET

Elles seront bientôt "remplacées" par les mannequins que nous connaissons aujourd'hui (de chair ou de plastique) cela à l'initiative de Charles Frédéric Worth. En 1959, naît la plus célèbre des poupées mannequins : Barbie.

Les poupées parisiennes.
Parmi les représentantes les plus connues de ces poupées mannequins, on trouve les poupées dites "parisiennes" parce que la majorité était d'origine française et que Paris était alors la capitale incontestée de la mode.
Poupée Parisienne de la maison Bru, 2ème partie du XIXème siècle - source
Ces Parisiennes sont des poupées adultes à l'image des critères esthétiques idéalisés à l'époque. C'est entre 1850 et 1890 que sont sorties les plus belles poupées de mode.
Poupée Parisienne de François Gaultier, 1860-1881 - source
La garde-robe de ces poupées est un excellent témoignage, par sa richesse et sa qualité, de l'histoire du costume au XIXème siècle.
Poupée Parisienne de la maison Jumeau. Cette maison était renommée dans toute l'Europe à partir de la 2ème partie du XIXème siècle. Elle voit en effet le jour à Paris en 1842. La maison se lance rapidement dans les têtes en biscuit, les yeux de verre et en émail. Emile Jumeau, le fils du fondateur, reçoit la médaille d'or en 1878 à l'Exposition Universelle de Paris, ce qui fit connaître à sa firme un succès phénoménale - source
Après leur fabrication, leur toilette était conçue par les plus grandes maisons de coutures parisiennes.
Poupée parisienne de Victor Clément, milieu XIXème siècle, le corps est articulé - source
Elles devinrent ainsi des ambassadrices de la mode parisienne à travers la France et l'Europe. Les jeunes filles plus modestes tissaient les vêtements de leurs poupées lors de leurs exercices de couture. Les patrons pour confectionner ces gardes-robes se trouvaient dans des revues comme la "Poupée modèle". 
La Poupée Modèle, patrons de robes et accessoires pour la poupée Lily aux éditions Polichinelle. Cette revue française était publiée à l'intention des fillettes - source
On pouvait aussi faire appel à la couturière de la famille qui faisait une nouvelle toilette pour la mère et en réalisait aussi une réplique miniature pour la petite fille. Beaucoup de poupées étaient vendues habillées malgré tout. On pensa même à faire des malles miniatures pour y ranger la toilette de ces poupées.

Les trousseaux des poupées.
Que serait une poupée sans son trousseau ? Brocarts, velours, satin, soir, cachemire, fourrure, dentelles, broderies, plumes, or, nacre, perles... rien n'était trop beau pour la garde-robe de ces poupées. Avec la démocratisation de la poupée, les matériaux sont devenus moins nobles, les bijoux des imitations et le plastique a remplacé le cuir.
Un exemple de trousseau d'une poupée parisienne de la maison Huret, les différentes tenues adaptées aux activités de la journée d'une demoiselle (autant les dessus que les dessous) et les accessoires indispensables - source
Il est étonnant de constater à quel point ces accessoires et vêtements sont réalisés avec détails et soin afin de coller au plus près de la réalité, comme le montrent les exemples suivants : 
Corset de la fin du XVIIème siècle - source
Chaussures appartenant à la même poupée, XVIIème siècle - source
Boucles d'oreille appartenant à la même poupée, XVIIème siècle - source
Les poupées de papier.
Elles sont à mi-chemin entre la poupée de mode et la gravure. Ce sont les Anglais qui lancent la mode de ces poupées en papier en 1790. Ses avantages sont évidents : elles ne coutent pas cher et peuvent être facilement envoyées. Malheureusement, elles sont aussi fragiles. Elles sont accompagnées d'une garde-robe amovible se fixant à la figurine par des pattes repliables. 
Psyché est la poupée de papier vedette durant la première moitié du XIXème siècle. Elle est associée à la revue du même nom - source : Musée de la poupée de Paris
Impératrices, actrices, mères de famille servent de modèles, puis on s'intéresse aux enfants. Les poupées donnent ainsi des informations sur la mode enfantine de l'époque. On n'hésite pas à dessiner des poupées à l'effigie de personnalités comme Shirley Temple.
Poupée de papier à l'effigie de la jeune actrice Shirley Temple, 1930 - source
Paper doll par Anne Sanders Wilson, 1832, poupée de papier en complément d'un conte racontant l'histoire de Miss Wildfire - source
Paper Doll nommée American Lady with something to wear, 1857 - source
Daisy est une poupée de papier dont les vêtements ont été imaginés par Mary Quant, la célèbre couturière britannique, dans les années 70. A l'époque, le slogan dit qu'elle est la poupée la mieux habillée du monde - source
Betsy Mc Call est une petite fille à la garde-robe fructueuse dans les années 50, les lectrices de ces livres pouvaient adapter ses tenues selon les activités de Betsy. Ici, la petite fait une tea party ou encore joue au piano - source
La revue 6 and sweet 16 présente toujours deux sœurs et leur garde-robe, 1955 - source

La Bleuette et la mode enfantine.
Bleuette est une poupée qui a connu un grand succès de 1905 jusque 1960 en lien avec la revue la Semaine de Suzette. En effet, elle était offerte en guise de cadeau pour la souscription d'un abonnement. La revue permettait ensuite aux jeunes filles de réaliser son trousseau à partir des patrons fournis ou bien de commander celui proposé par l'éditeur. Les costumes de Bleuette s'inspirent souvent de l'actualité. 
Au moment de l'exploit de Charles Lindbergh qui relie New York à Paris sans escale, en 1927 , Bleuette adopte un costume d'aviatrice - source
Elle a aussi un costume adapté à chacune de ses occupations, ainsi que des accessoires. L'évolution de sa garde-robe évoque l'histoire de la mode enfantine du début du XXème siècle. Cependant, c'est plutôt les vêtements de Bleuette qui influenceront les vêtements d'enfants que l'inverse.
La semaine de Suzette, hebdomadaire, premier magazine pour petites filles de 8 à 14 ans - source
La fameuse poupée Bleuette de 1934, elle porte une jupe et une veste bleu marine assorties sur une chemise blanche. C'est une poupée Jumeau, fabriquée par la S.F.B.J, elle disparaîtra en 1960 avec le journal - source : La Joconde
Les tenues de Bleuette à travers les années 1905, 1914, 1934 et 1950 - source
Les successeurs de Bleuette : Clodrey et Corolle.
De nombreuses marques de poupées se sont développées en parallèle à Bleuette et par la suite, mais j'ai choisi d'insister sur deux d'entre elles - coup de cœur personnel. Catherine Réfabert est une créatrice de poupées et de tenues qui a eu un rôle fondamental dans les sociétés Clodrey et Corolle. Les vêtements de ces poupées oscillent entre suivre la mode des enfants au plus près ou faire revivre les vêtements des années romantiques du XIXème siècle.
J'ai moi-même une poupée Clodrey que je trouve trop belle. C'est une Clodrey Cannelle de la série CR, créée par Catherine Réfabert en 1974 avec une tête et des membres en vinyl et un corps en tissu, elle porte sa tenue d'origine et mesure 50 cm.
Catherine Réfabert réalise des poupées de collection de toute beauté dans les années 1980 et 1990 pour l'entreprise Corolle, les tenues de ces demoiselles sont souvent inspirées de la mode du XIXème siècle. Ici, la poupée Mélusine, de 1990, 52 cm, reprend le style des années 1900 avec les manches gigot qui se rétrécissent sur les avant-bras - source
Les poupées et les costumes folkloriques.
Ces poupées ne représentent pas seulement l'air du temps, elles diffusent aussi les costumes folkloriques au-delà des frontières. Cette vogue de la poupée folklorique est apparue au XIXème siècle. Aujourd'hui, le côté commercial a pris le dessus sur la valeur de l'objet en lui-même. 
Poupée datant d'après 1945 vêtue d'un costume hongrois ou tchèque composé d'une jupe rouge, d'un tablier noir réhaussé de galons fleuris ourlé de dentelles, d'un chemisier blanc aux manches bouffantes, réhaussées de galons noirs et d'un gilet-corset rouge décoré de pastilles dorées et de pièces de velours en forme de cœur. La chevelure blonde est moulée et couverte d'un bonnet ourlé de coton brodé - source : La Joconde
Maya à la poupée de Pablo Picasso, 1938 - source : La Joconde
Photographie de 1914
Dans un prochain article, je traiterai des rapports entre la poupée Barbie et la mode. Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires :

  1. fantastique, vous avez un magnifique blog qui m'a appris beaucoup de chose, j'ai une poupée de 1915 qu'une de mes clientes me demande d'habiller, mais je ne sais pas ce qu'elle pouvait porter à cette époque, si vous pouviez m'aider je suis preneuse,
    je vous remercie d'avance,
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sur le site nous habillons les poupées vous trouverez tout les patrons et modèles nécessaires pour habiller votre poupée. Cette personne a des patrons à partir des années 1890

      Supprimer
  2. Avant tout merci de vos encouragements et de vos compliments. Je vous conseille vivement de vous inspirer des créations de Paul Poiret particulièrement belles et typiques de l'époque. Il est l'un des premiers à libérer la femme du corset tout en s'inspirant de la mode orientale. Le site du Metropolitan Museum Of Art propose d'en voir quelques unes : http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/155987 De même, vous pouvez vous inspirer des costumes de la série Dontown Abbey dont les premières saisons se déroulent autour de la première guerre mondiale. Enfin, un film comme Titanic propose de belles reconstitutions aussi. J'espère vous avoir un peu aidé.

    RépondreSupprimer
  3. J'adore tout ce qui est vêtements de poupées et en fait beaucoup
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  4. merci pour cette article, je recherche des informations sur les anciennes poupées provençale en tissu. avez vous un conseil pour mes recherches merci d'avance

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Vous serez sans doute intéressé par ce livre sorti cette année sur le trousseau de la poupée Bleuette : "Bleuette nous invite à voir son trousseau" en vente sur ebay. Une passionnée et excellente couturière a fait un magnifique travail de recherche sur bleuette et les tissus anciens. Elle a fait des centaines de tenues d'après les patrons de la Semaine de Suzette et avec des tissus chinés dans les brocantes au fil des ans. Tout est mis en scène avec goût, un livre que je recommande vivement !

    RépondreSupprimer