samedi 5 mai 2012

Expositions Docks en Seine - Balenciaga & White Drama

Depuis un moment maintenant, le musée Galliera est en travaux, mais la Cité de la mode et du design héberge ces jours-ci deux expositions fabuleuses : c'est le musée Galliera hors les murs. Petit aperçu de l'exposition Cristobal Balenciaga, collectionneur de mode et de l'exposition White Drama de Comme des Garçons. 
Reportage sur France 24

Cristobal Balenciaga - collectionneur de modes.
A gauche, robe du soir de Balenciaga, 1958 ; A droite, robe à crinoline retroussée à la Polonaise, vers 1870 issue de la collection privée du couturier.
Les Docks en Seine proposent de découvrir certaines pièces créées par Cristobal Balenciaga (1895-1972), des robes, des manteaux de 1937 à 1968. Mais ce n'est pas une simple rétrospective car le plus de l'exposition est de proposer au public une analyse des sources d'inspiration du couturier. Si un mot devait résumer la démarche, ce serait sans doute celui de dialogue. Face aux créations de haute-couture, le musée dévoile des pièces de collection accumulées par Balenciaga datant du XVIIIème, du XIXème ou du XXème siècle.
A gauche, collection privée de Balenciaga, collet datant de 1895, application de drap de laine et de soie noirs sur gros tulle, ruché de soie noire en bordure ; A droite, même collection, boléro d'homme, Espagne, seconde moitié du XIXème siècle, velours cognac brodé de cordonnet noir.
Des vêtements, mais aussi des tissus, de sublimes dentelles noires et des revues de mode, des archives fabuleuses pour qui se fascine pour les traces de ce passé. Ces sources d'inspiration sont aussi diverses qu'étonnantes : fidèle à ses origines, Balenciaga attachait un fort intérêt aux costumes traditionnels espagnols mais aussi au costume religieux. 
A gauche, création Balenciaga, manteau du soir "papillon", faille de soie vert d'eau, 1968 ; A droite, création Balenciaga, ensemble robe et veste, façonné de fibres artificielles et Lurex noirs, 1968.
J'ai été particulièrement frappée par les détails de ses œuvres, le travail précis que le couturier a su déployer dans ses créations.
Source des photos : Musée Galliera.

Comme des Garçons - White Drama.
Juste à côté de l'exposition précédente, on peut aussi visiter une installation réalisée par la marque Comme des Garçons fondée par la Japonaise Rei Kawakubo en 1969. Je suis résolument fan de cette créatrice et j'étais ravie de découvrir ici les créations de sa collection Printemps-Été 2012.
Des mannequins immaculés siègent parmi ces bulles dans un bruit assourdissant, leurs vêtements semblent être tissés dans la neige, ils sont légers, aériens et en même temps très structurés. L'uniformité dans la couleur met en avant la diversité des textures et des tissus, c'est un vrai plaisir pour les yeux et c'est plein de poésie. Ces créations ont été présentées cette année à un public restreint de professionnels, c'est une bonne idée de rendre accessible ces défilés souvent fermés. Ces silhouettes blanches illustrent ici les différentes étapes de la vie comme la naissance, le mariage ou la mort.
Source des photos : personnelles.

Je pensais aussi profiter de cet article pour évoquer le travail de Rei Kawakubo et les caractéristiques de sa maison Comme des Garçons.

Rei Kawakubo...
Rei Kawakubo - source
Cette styliste japonaise est née en 1942. C'est dans les années 80 qu'elle présente ses premières collections à Paris. Si ses créations jouent plutôt sur le noir ces années-là, elle élargit ensuite sa palette de couleurs. Elle tient un magazine bi-annuel "Six" où elle exprime sa passion pour l'art dans tous les domaines. Rei Kawakubo se plaît à exagérer les formes du corps humain et à demeurer à contre-courant face à une industrie de la mode souvent assez conformiste, par exemple, elle exècre les talons hauts qu'elle n'utilise jamais. Elle a participé à la conception de costumes pour une pièce de Merce Cunningham, célèbre chorégraphe.
Spectacle Scénario de Merce Cunningham en 1997 ou comment une artiste peut permettre de sublimer le mouvement du corps par la dynamique de ses vêtements qui semblent gonfler, respirer sous nos yeux - source
Comme des Garçons...
Ce label appartient donc à la créatrice, il possède de nombreux magasins à travers le monde dont une vingtaine au Japon. Par son côté avant-gardiste, le groupe a parfois créé la controverse. Il est vrai que Mme Kawakubo a apporté un regard novateur et a secoué les critères vestimentaires des Occidentaux. Les vêtements de la marque ont pour points communs leur asymétrie et ils sont très souvent monochromes. Depuis 1994, il y a aussi une collection de parfums.
Robe de Rei Kawakubo pour Comme des Garçons Noir, collection automne-hiver 1995, c'est un haut en tricot acrylique rose layente assortie avec des broderies, le tube est en forme de tournure, un vêtement de dessous porté au XIXème siècle pour projeter la croupe vers l'arrière, le jupon est en tulle - source

Jumper, ensemble réalisé par Rei Kawakubo en 1985 est déformé par des trous qui semblent aléatoires, c'est cette remise en question des critères occidentaux de beauté qui a choqué dans les années 80. On parle alors beaucoup de "look mendiant". Les vêtements de la créatrice japonaise montrent que les créations de mode reconnues dans le monde ne sont pas forcément de créations occidentales - source
Robe de coton et polyester réalisée par Rei Kawakubo pour Comme Des Garçons en 2001, on retrouve le goût de la Japonaise pour l'asymétrie - source
"Il est clair pour moi que créer des choses originales devient de plus en plus difficile. Mais je me dois de continuer, je ne crois pas avoir créé tout ce que je peux faire."RK
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire