samedi 28 avril 2012

Reflets de mode : le miroir

La Vénus au miroir de Titien - Washington National Gallery of Art
J'aborde aujourd'hui l'histoire d'un accessoire indispensable de nos jours et largement relié à la mode : le miroir. 
John William Waterhouse, Mariana in the south, 1897 (source)
Alors que nous pouvons tout observer autour de nous, cet objet nous permet de nous observer nous même.
Mirror de Norman Rockwell - source
A l'époque préhistorique, c'est dans des pierres polies ou dans l'eau que les humains peuvent contempler leur reflet, il faut avouer que c'est peu pratique.
Dès l'Antiquité, de petits disques de métal poli en bronze, cuivre ou en étain permettent de se mirer.
A gauche, miroir égyptien en bronze décoré de deux faucons, 2040 - 1750 Av. J-C (source) ; au centre, miroir étrusque d'époque archaïque connu comme la danseuse (source) ; à droite, miroir à manche en balustre en argent, dans le médaillon Léda et le cygne, Italie, fin du Ier siècle avant notre ère (source)
L'obsidiennne, une roche volcanique très noire et transparente, sert aussi chez les Romains pour obtenir un reflet. Aujourd'hui, on attribue à cette pierre des pouvoirs magiques et notamment la capacité de révéler l'avenir.
Miroir magique aztèque en argent, le calendrier aztèque est représenté en face du miroir d'obsidienne. Cette pierre agit comme un bouclier protecteur contre les personnes agressives et se porte sur soi (source)
Durant la période médiévale, l'émergence de l'art gothique et le développement des vitraux amènent les artistes à se perfectionner dans l'art du verre. Cependant, si les verriers parviennent à réaliser un verre coloré, le verre blanc est plus difficile à obtenir.
Dans les maisons, la vitre est rare pour ne pas dire absente, on remplace le verre par du papier huilé.
Obtenir du verre à vitre blanc est compliqué car il faut étamer le verre c'est-à-dire appliquer à chaud une couche de plomb et d'étain. Pour cela, il faut que le verre soit fin et régulier afin de résister à la chaleur. 
Valves de miroir représentant des scènes courtoises, les miroirs au Moyen-Age se présentent comme de petites boites formées de deux couvercles ou valves s'emboitant l'un dans l'autre, en les dévissant on trouve le miroir. L'extérieur, quant à lui, est toujours décoré au moins sur une des faces. Cette pièce est réalisée en ivoire et date du XVème siècle. (source)
C'est à la fin du Moyen-Age que le miroir commence à se diffuser dans les châteaux et les villes, mais il reste petit et cher. Ces miroirs de taille réduite se portent comme une parure, sur un chapeau par exemple. Les grands miroirs de métal, eux, sont effectivement utilisés pour la toilette.
Vénus à sa toilette, anonyme, XVIème siècle (source)
A l'époque moderne, le miroir reste un objet de luxe. La technique évolue et permet d'obtenir des miroirs plus grands et bon marché par rapport au XVIIème siècle. On considère qu'à la fin du XVIIIème siècle, la moitié des foyers parisiens en possèdent un. C'est sous Louis XIV qu'apparaît le cadre richement sculpté et doré à la française comme on peut l'admirer au château de Versailles.
La Galerie des Glaces du château de Versailles (source : Wikipedia)
Le miroir devient alors un objet indispensable tant pour la décoration intérieure que pour le confort. 
A gauche, carte réclame intitulée La Toilette de Baster et Veillemard, fin XIXème siècle ; A droite, peinture de Maurice Bompard intitulée Femme à sa toilette, fin XIXème siècle, conservée au musée Denys-Puech - source : http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/pres.htm
 Il se démocratise au XIXème siècle. Pourtant, au début du XXème siècle, nombreuses sont les maisons de campagne dépourvues de miroirs.
A gauche, Le Déjeuner de François Boucher, 1739, tableau conservé au musée du Louvre ; A droite, intérieur parisien de Zacharie Astruc, 1874, aquarelle conservée au Musée d'Evreux - source : http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/pres.htm
Il est aussi à noter que le miroir n'a pas qu'une fonction d'accessoire de beauté mais permet aussi de donner une illusion de lumière et d'espace dans un intérieur.
Le miroir cassé de Jean-Baptiste Greuze, 1763 - source
N'oubliez pas : casser un miroir c'est sept ans de malheur ! Cela dit il semblerait que cette superstition ait un fond historique. En effet, autrefois on pensait que le miroir renfermait l'âme des morts et que le briser c'était libérer cette âme en colère qui viendrait vous hanter 7 ans durant.
La méchante reine dans Blanche-Neige et les sept nains de Walt Disney - source

"Miroir, mon beau miroir, dis-moi, qui est la plus belle ?"

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire